roallllll

Fouilla quel chantier le cinéma à Sainté ! Je vous propose un résumé de la situation accrochez vous bien à votre siège avec ou sans pop-corn!...

Vous me direz ce n'est pas nouveau, Saint-Etienne se couvre au XXe d'un réseau dense de cinémas. Les établissements associatifs, de quartier, sont particulièrement présents. La plupart diffusent des films populaires : capes et d'épées, aventures, comédies. A partir des années 1960 ils laissent la place aux cinémas actuels. https://archives.saint-etienne.fr/article.php?larub=29&titre=cinemas

cin_maroyal

En 2016 nous avons deux espaces pour le cinéma indépendant d'Arts et Essais  avec le Méliès Jean Jaurès en centre ville qui a racheté en 2014 le cinéma Le France (avec en plus dette de 80 000 euros)  pour le transformer en Méliès Saint François rue de la Valse. http://www.lemelies.com/  "Je souhaite que les équipes se déplacent d'un site à un autre régulièrement. En tout, nous serons 9 personnes sur les deux endroits. Deux projectionnistes du France restent avec nous. Ils étaient auparavant 6 salariés : 3 partent en licenciement économique, ce qui était prévu depuis un certain temps, et l'autre personne est en congé sans solde. Côté programmation, ce sera sensiblement la même qu'à Jean Jaurès, sans doute qu'elle mettra en avant des films porteurs Arts et essais." déclarait Paul-Marie Claret, le directeur du Méliès.

cin_ma

( N'oublions pas la Cinémathèque, elle est située à la médiathèque centrale de Tarentaize de Saint-Étienne depuis 1993 https://www.saint-etienne.fr/d%C3%A9couvrir-sortir/culture/m%C3%A9diath%C3%A8ques-municipales/cin%C3%A9math%C3%A8que/cin%C3%A9math%C3%A8que )

Ensuite en face pour le cinéma commercial le bilan est simple, nous avons un monopole de Sylvie Massu qui dirige la société ABC (Alliance bourguigonne cinématographique):

eden

1. Vers la FNAC un espace à l'abandon L'Eden caché par une oeuvre de Dubuffet « Le Déchiffreur » (1977, Musée d’Art moderne de Saint-Étienne). On se souvient qu'en 1989 - Marcel Jean Massu 'le père de Sylvie), propriétaire du Royal à Saint-Etienne et de plusieurs salles à Dijon, rachète la salle à l'UGC qui s'en sépare pour des raisons de rentabilité. En 1992 - Début des soucis pour le nouveau propriétaire : la fréquentation baisse (70 300 entrées en 2000), et il faudrait engager des travaux de rénovation et de modernisation que M. Massu se refusera toujours à faire. Puis 2003 (fin mars) - Avis défavorable de la Commission communale de sécurité à la poursuite de l'exploitation (déficience des systèmes de sécurité et d'incendie) qui donne un mois à son propriétaire pour proposer les travaux exigés par la situation. En 2003 (25 avril) - Pour n'avoir pas répondu, M. Massu est mis en demeure par le directeur de la sécurité civile de baisser le rideau d'ici cinq jours. 2003 (29 avril) - Fermeture de l'Eden. Depuis un bâtiment laissé totalement à l'abandon...

2. Le Royal, de la place Jean Moulin détruit début 2016 pour devenir des logements....

3. L'Alhambra en centre ville: Après avoir exploité et fermé  le Royal Sylvie Massu  a repris le Gaumont au groupe parisien. Rebaptisé l’Alhambra, en novembre 2014...

4. Le camion rouge construit et ouvert en 2015 sur une l'ancienne caserne de pompier Chavanelle.

   Je vous propose deux photos d'une époque plus reculée du photographe stéphanois Jacques Prud'homme, l'une de L'Ahlambra qui deviendra Gaumont et l'autre du Mélies qui venait sur Jean Jaurès (Années 2000) quand les sites étaient en travaux... https://www.facebook.com/jacques.prudhomme.10

 

19748846_10211746929062192_2300184463206954307_n     

19642666_10211746932422276_337548509176648410_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                              L'année 2015 sera difficile pour madame Massu.

La fréquentation de ses deux cinémas de dix salles chacun, pour un total de 3 650 fauteuils l’Alhambra et du Camion rouge a été très en deçà des espérances. Conséquence : quatre salariés sont licenciés. 

massuuuuchantier

Donc si vous suivez toujours amis lecteurs:  après avoir exploité et fermé le Royal, elle a repris le Gaumont, rebaptisé l’Alhambra en 2014 (sous forme de location-gérance pendant deux ans) et a ouvert le Camion rouge, à Chavanelle, en février 2015. Ce nouveau complexe a représenté un investissement conséquent de 8 millions d’euros. Plombé par une ouverture précipitée, un mouvement de grève des salariés et surtout des spectateurs pas franchement satisfaits des conditions d’accueil, le Camion rouge n’a pas vraiment trouvé son public jusqu’à présent.

Au total les deux cinémas ont  attiré  528 716 spectateurs sur une année. On est bien loin des prévisions. En novembre 2014, Sylvie Massu-Du Parc tablait sur 900 000 entrées annuelles, réparties à part à peu près égale entre les deux cinémas. 528 716 spectateurs sur deux multiplexes, on notera aussi que c’est à peu près ce que réalisait le seul Gaumont. Qui, pourtant, n’a jamais lui non plus atteint ses objectifs. En 2001, pour son ouverture, il n’avait déjà enregistré que 689 000 entrées, contre 750 000 espérées. Et ce chiffre n’avait fait que baisser au fil des années, jusqu’à tomber à 511 000 en 2013...Avec un niveau de fréquentation inférieur aux villes similaires et dans un contexte économique tendu, le Gaumont Saint-Étienne a vu ses entrées décliner depuis 2001 (de 689.000 à 511.000 entrées) on comprend pourquoi le groupe parisien a pris la fuite, d'autant plus avec l'annonce de l'ouverture d'un nouveau cinéma Le amion rouge..

 

020

Face à cela Sylvie Massu repart au combat en 2016  Déjà elle constate une amélioration des statistiques pour le premier trimestre.

De plus elle annonce avoir négocié un accord avec QPark et Effia, les opérateurs des parkings Chavanelle, Hôtel de Ville et Jean-Jaurès, afin de proposer à ses spectateurs une formule à 1, 5€ pour 3h de stationnement le samedi entre 9 et 19h et à 2h la soirée tous les jours de 19h à 9h.

  Plusieurs restaurants partenaires proposeront des formules promotionnelles intégrant une place de cinéma (ou une réduction pour une place).

Une carte de fidélité limitée à 1 000 détenteurs va être lancée au prix de 10€. Valable 1 an dans les deux salles, elle permettra de bénéficier d’un tarif préférentiel de 6€ à chaque séance. Mais il faut être dans les 1000 premiers!

024

 

 

Enfin, les deux locaux commerciaux vacants situés de part et d’autre du Camion Rouge  vont trouver preneur avec Le Krust un restaurant de burger "de luxe" côté et avec Big Fit une salle de fitness côté gauche à la rentrée de septembre.

   Mais on apprend en cette fin 2016 que le 6 décembre dernier, le tribunal de commerce de Dijon a prononcé l’ouverture d’une procédure de sauvegarde à l’encontre d’Alliance Bourguignonne Cinématographique (ABC).

Cette demande de la part de la gérante de l’Alliance Bourguignonne Cinématographique, Sylvie Massu-Du Parc, doit permettre de restructurer financièrement son groupe pour étaler le paiement de ses dettes et acquérir le fonds de commerce et les murs de l’Alhambra, comme prévu avec le groupe Gaumont Pathé. Cette procédure de sauvegarde de 6 mois renouvelable permet de geler les dettes du groupe. Après une année 2015 difficile concernant la fréquentation des 20 salles sur les 2 multiplexes stéphanois (590 000 entrées), l’année 2016 se termine avec plus de 600 000 entrées cumulées.

A suivre...    Mais qui est donc Sylvie Massu née en 58 à Dijon. Quelle force la pousse?

.Déjà dans sa ville natale l’ouverture de l ’Olympia, «miniplexe » de dix salles en face de la gare, avait été, en 2007, un événement hautement symbolique. Elle venait de faire basculer le petit groupe de cinéma fondé par son père après la Seconde Guerre mondiale dans le XXIe siècle.

Le cinoche de Marcel-Jean Massu , c’était celui des petites salles à l’ancienne, confort minimal et pas de paiement en carte bleue aux guichets… « C’était Cinéma Paradiso », résume sa fille, passée aux commandes en 2003. Mais c’est précisément dans cette atmosphère que cette amatrice des films d’Almodovar, des frères Coen ou de Tim Burton a grandi.

Enfant, elle passait ses dimanches dans les cinémas de son père, à regarder en boucle Les Dix Commandements ou Cléopâtre – au Darcy déjà, au Star, là où se trouve la Fnac de Dijon aujourd’hui, au cinéma de Montbard, ou dans toutes ces petites salles de village, à Mâlain, aux Laumes…

De spectatrice, elle passait souvent côté cabine, où elle aimait changer les bobines pendant la projection. « J’ai grandi avec le monde du cinéma, au point qu’il était évident que je ferais ma vie dans cet univers. Je ne me suis même pas posé la question, en fait ! » Ses deux soeurs ont suivi une autre voie, pourtant, mais Sylvie, elle, reprendra le flambeau paternel. Même quand elle s’occupe d’antiquités, pendant près de vingt ans, elle ne perd jamais de vue l’entreprise de son père.

Elle vient donner un coup de main de temps en temps, et intègre l’équipe officiellement en 1993. Une nouvelle vie commence, entre les salles dijonnaises, les conventions des distributeurs et le voyage annuel au festival de Cannes. C’est en 2003, précisément l’année où elle prend les rênes, que le groupe Massu rachète les six salles cédées par Gaumont, avenue Foch. Sylvie Massu sait que l’ex-Olympia et la Taverne se touchent. Au prix d’un investissement de six millions d’euros, elle transformera les deux cinémas en un complexe au goût du jour, un lieu qui prend part à la vie culturelle dijonnaise en accueillant festivals, avant-premières, soirées privées… »

Bon ça va? Vous avez tout compris? Comme dirait Schumpeter de la destruction créatrice, enfin espérons le. « Le nouveau ne sort pas de l’ancien, mais apparaît à côté de l’ancien, lui fait concurrence jusqu’à le ruiner. » Joseph Schumpeter, Théorie de l’évolution économique, 1911/1926

Quel avenir? Les cinémas stéphanois sont en ville donc liés à son dynamisme économique. On le sait Saint-Etienne comme d'autres villes doit faire attention au risque de déplacement des activités du centre vers la périphérie.

 

5017349_6_b5a1_2016_10_20_9f9fe3e_4545_rpdntn_isq0duc8fr_35edfafd51dba950fdd9f91c82a53297

En 2015, plus de la moitié des centres-villes des agglomérations de taille moyenne affichaient un pourcentage moyen de commerces vides supérieur à 10 %, contre seulement 27 %des grandes villes.Un rapport cite l’exemple de la ville de Béziers (Hérault), qui affiche une vacance commerciale de 24,4 % en 2015 (contre 9,7 % en 2001), soit le taux le plus élevé parmi les villes moyennes en France. avec un « un phénomène qui s’installe structurellement à l’échelle d’un centre-ville ».
La désertification commerciale peut s’expliquer par différents facteurs : des problèmes dans l’accessibilité du consommateur au centre-ville, que ce soit l’offre de stationnement ou les tarifs des parkings ; une augmentation des loyers commerciaux et des prix au mètre carré lors de mutations (changements de propriétaire) ; ou la concurrence des boutiques par le commerce en ligne.
Parallèlement à la dévitalisation des centres-villes, on observe un développement exagéré des surfaces commerciales en périphérie. Ces zones commerciales, à l’offre uniforme d’une ville à l’autre, ont aussi leur responsabilité dans l’affaiblissement commercial de certaines agglomérations. « La création d’une grande surface peut concurrencer, pour certains secteurs, le commerce de proximité dans les villes isolées et périphériques », affirme une étude, qui précise que « la création d’une grande surface supplémentaire pour 10 000 habitants accroît le risque de sortie d’un petit commerce de proximité deux ans après ».

Une étude réalisée en juillet 2012 par le cabinet Procos montrait qu’en France, « 62% du chiffre d’affaires du commerce se réalise en périphérie, contre 25% en centre-ville et 13% dans les quartiers. En Allemagne, selon le même document, les proportions sont les suivantes : 33% en périphérie, 33% en centre-ville et 33% dans les quartiers. Les différences observées dans les deux pays reflètent exactement la situation des villes. Vivantes et animées en Allemagne, elles sont en déclin et désolées en France. » - See more at: http://www.urbislemag.fr/comment-la-france-a-tue-ses-villes-billet-356-urbis-le-mag.html#sthash.MW8ZKF96.dpuf

 

15673454_1517971281564184_470161944_n

Quel serait l'ultime danger pour les cinémas stéphanois? Tout simplement l'implantation d'un multiplex. Souvent situés en périphérie des villes, les multiplex augurent une nouvelle manière d'exploiter les films dans les grandes surfaces cinématographiques modifiant radicalement le paysage de l'exploitation cinématographique. De tels équipements cinématographiques sont  susceptibles de détourner, à leur profit, les flux de fréquentation. Ils risquent d'entraîner ainsi la fermeture de salles dont les exploitants n'auraient plus la capacité de faire face à l'évolution de la demande du public...Quand on regarde la carte des cinémas Cinémas Gaumont Pathé on voit qu'ils sont à Lyon mais pas à Saint-Etienne....

steel

On sait que la FNAC va se déplacer du centre ville vers Monthieu, l’enseigne Burger King a remplacé celle de Quick ...Le projet STEEL situé le long de l’A72 et sur la principale entrée de ville de Saint-Etienne serait un lieu possible, mais je ne sais pas si une réglementation sur la concurrence entre cinémas peut rendre impossible la venue de Gaumont Pathé sur cette zone. En tous cas une telle implantation serait un véritable coup de massue pour les cinémas de centre ville stéphanois...http://www.sudarchitectes.com/fr/actualites/steel_148.html

  En tous cas PAR EXEMPLE la Commission Nationale d'Aménagement Cinématographique (CNAC) a dit non au projet de nouveau Multiplexe à Givors. 
Plusieurs recours avaient été déposés contre ce projet par le cinéma Les Amphi à Vienne, mais aussi par le Multiplex existant de Brignais et celui en construction, actuellement à Saint-Chamond, mais aussi par le groupement régional des cinémas d'art et d'essai. L'argument : la proximité du Multiplex givordin risquait de porter atteinte à la bonne santé de la fréquentation cinématographique sur le périmètre concerné et donc sur celle des sociétés gérant les salles existantes.  La CNAC a été sensible aux arguments des opposants.  Il faut savoir que le projet du maire de Givors, Martial Passi mené avec la société Mégarama comportait pas moins de sept salles, 1300 fauteuils dont 400 pour la plus grande.  Ce Multiplex devait ouvrir ses portes en 2018 dans la Zac VMC, à proximité du Village automobile, à une quinzaine de kilomètres de Vienne.  Depuis l'annonce de ce « non » ferme de la Commission, Martial Passi ne décolère pas. Il a indiqué « ne pas comprendre pourquoi le Multiplex des Amphis à Vienne avait obtenu le feu vert pour son agrandissement, alors que c'est un refus pour le Multiplex de Givors. »