swagger

   

 

o

 

 

 

C'est à Saint Etienne que j'ai pu voir le documentaire "Swagger". Olivier Babinet était là dimanche 2O novembre au Mélies pour présenter son film où l'on découvre onze collégiens d’Aulnay-sous-Bois, il capte leurs doutes, leurs espoirs et leur façon de voir le monde. Le Swag est par définition la résultante de l’association d’une attitude décalée et d’un look différent qui vous permet d’être perçu par votre entourage comme une personne à part, autant par votre comportement atypique que par votre style avant-gardiste ou décalé.     

jaquette_522987

 

 

 

 

 

 

 

"Je considère avoir fait avant tout un film sur l’adolescence. Tourner Swagger m’a renvoyé à ma propre adolescence, tout comme l’équipe, qui était constituée de jeunes mais aussi de chefs de postes plus aguerris, qui se sont replongés dans leur propre jeunesse. Qui était le petit gros qui, en sport, est choisi en dernier ? Qui est le fanfaron ? Qui était la petite fille qui suçait encore son pouce au collège ? Ces jeunes restent des ados avant tout. Les filmer, c'était ne par leur coller d'étiquette, pour ne pas que la banlieue efface tout. Swagger montre tout ce qui nous rapproche, ce qu'on a de commun, tous ensemble. "

Ce qui m'a marqué dans son film, c'est que la monotonie du quotidien peut-être réenchantée. Chacun de nous peut en quelque sorte ajouter de la mise en scène de soi dans la vie de tous les jours. Par un look comme Régis, une façon de bouger, un loisir on peut écrire un scénario de sa vie qui met un peu de magie. Mais pour cela il faut être un peu décalé avec la norme...

swagger_04_620x335

 

 

                      C'est aussi ce que fait le réalisateur du film dans son film. Par exemple sur ce très beau plan sur l'église avec des guetteurs sur le toit . Olivier Badinet a ajouté des lumières dans la croix et les garçons ne sont pas de vrais guetteurs ( les personnes chargées de prévenir de l'arrivée de la police pendant un trafic ) mais des étudiants...