618595_camille_moundir_et_les_apprentis_aventu_opengraph_1200_2

"Ne pas dormir, ne pas manger, ça allait encore. Mais, le manque d'hygiène, c'était vraiment difficile pour moi. Avant de partir, j'étais vraiment motivée, mais quand on y est, l'histoire est totalement différente. "
Camille Froment a décidé d'abandonner Moundir et les apprentis aventuriers 3, elle a donc sonné la cloche entrainant ainsi son binôme Benjamin dans sa chute..


  Elle a reçu beaucoup de critiques sur les réseaux sociaux, mais au contraire ne faut-il pas la féliciter?


   En effet on dit souvent que les candidats de tv réalité sont téléguidés par la production dans leurs décisions, elle vient de prouver le contraire...La question de l'autorité médiatique sur les individus est une vraie question.

Souvenez vous en  2009 France 2 diffusait un documentaire : Le jeu de la mort. Ecrit et produit par Christophe Nick, célèbre documentariste à qui l'on doit Chroniques de la violence ordinaire, Résistance ou encore Mise à mort du travail, ce programme reproduit l'expérience scientifique de Milgram. Tout se déroule comme dans un véritable jeu télé. Un décor, une animatrice, et des candidats, qui ne sont au courant de rien, et découvrent les règles de ce nouveau programme faussement baptisé La zone Xtrême. Les règles sont simples : envoyer des décharges électriques des plus en plus fortes (jusqu'à la mort) à un autre candidat, comédien celui-ci. Christophe Nick cherche ainsi à vérifier si des anonymes acceptent de se soumettent à des règles inhumaines sous l'influence d'une animatrice et de caméras.

Le résultat est sans appel : 80% d'entre eux obéissent. C'est encore plus que les chiffres récoltés par Milgram dans les années 70.
Dans Le jeu de la mort, Christophe Nick réactualise l'expérience de Milgram. Il a simplement remplacé l'homme en blouse blanche par une animatrice, interprétée par Tania Young. Au lieu d'être installés dans un laboratoire, les questionneurs se retrouvent sur un plateau de télévision. Et les résultats sont là, alarmants. Devant les injonctions de l'animatrice et les encouragements du public (lui aussi complice), la majorité des candidats ne parviennent pas à se rebeller et poursuivent leur acte de torture.
Le but de cette expérience : certainement pas d'accabler les participants devenu bourreaux, mais plutôt de réfléchir au pouvoir que détient la télévision.
 A l'époque Jean-Léon Beauvois, le scientifique et professeur de psychologie sociale, n’en revenait pas : « Je ne pensais pas que la télévision était une autorité légitime, comme l’est la science dans l’expérience de Milgram, je pensais que la télé ne pouvait pas prescrire. J’ai la preuve que j’avais tort. »


 Bravo à Camille qui a résisté au pouvoir de la production, de Moundir et des autres candidats...