haine1

 

 

 

Après le tumultueux derby de dimanche entre l'ASSE et L'OL  le préfet de la Loire était en colère.
On retiendra ce passage dans sa réaction sur la question de la banderole: LA HAINE.
« Depuis trois ans, ces derbies se déroulaient sans supporter de l’équipe visiteuse à Geoffroy-Guichard. J’avais été compréhensif en acceptant hier la venue de 850 supporters de l’Olympique lyonnais, croyant que tout le monde avait compris le message. Je me sens trahi », a poursuivi le représentant de l’État en déplorant aussi le déploiement par les Green Angels, groupe de supporters ultras de Saint-Étienne, d’une banderole indiquant : « aujourd’hui pas de cinéma, on a La Haine », en référence au film de Mathieu Kassovitz.

 

La_Haine

Dans un communiqué des Green Angels, publié le 08 November 2017 reviennent sur ce sujet.

"(...) , à l’heure de l’entrée des 22 acteurs, la première partie de notre animation se dévoile : près de 9000 feuilles de couleur noire et blanche sont tendues et une banderole est déployée : « PAS DE CINEMA, CE SOIR ON A : LA HAINE ». Dans un deuxième temps, un voile vient recouvrir cette première animation, laissant place à l’inscription : « l’important c’est pas la manière… c’est la victoire ». Le tout accompagné par la représentation des 3 personnages principaux du film de Mathieu Kassovitz, « La Haine ».

Le soir même, les premières réactions au sujet de ce tifo fleurissent, alternant entre félicitations pour la référence cinématographique et accusations d’appel à la haine. Nous invitons les auteurs de ces dernières à apprécier cette animation dans son ensemble et à accepter que ce film fait pleinement partie de la culture française.

haine

En effet, ce choix peut indigner les esprits les plus étriqués ou ne connaissant pas cette oeuvre, mais ce film reste une référence marquante pour la jeunesse française. Il est également important de souligner que le seul but de l’animation était de pousser au maximum nos joueurs, qui eux-mêmes sont issus de cette génération cosmopolite si bien mise à l’écran en 1995. Pour nous, cette animation fut une réussite car elle ressemble à cette jeunesse stéphanoise qui s’époumone chaque week end à Geoffroy-Guichard et trouve dans une réalisation de cette ampleur un réel moyen de se retrouver derrière un objectif commun. Malheureusement pour nous, le résultat des Verts ne sera pas au rendez-vous…"

hai

"(...) Ce tifo, nous l’assumons dans son ensemble, parce que nous avons mis du temps, de l’énergie et du cœur à le confectionner. Si aujourd’hui, notre groupe - comme le club - est sanctionné, les autorités viendront condamner la ferveur et la créativité d’un groupe usant de sa légitime liberté d’expression. Des tifos, nous continuerons d’en faire, aussi bien à la gloire de notre club que de notre ville, en utilisant nos références, nos influences et en restant conforme à l’état d’esprit des Green Angels" 

BILAN: Très intéressant cet échange entre le Préfet et les Ultras. Ceux qui dans le grand public sont souvent vus comme des abrutis donnent ci-dessus une leçon d'art plastique avec la réflexion qu'une représentation n'est pas le réel car ce n'est qu'une représentation. On sait aussi que le Conseil National de l’Ethique de la FFF a chargé  la commission de discipline de la LFP de se saisir du dossier « tifo ». 

 

magritte_pipe

Avec leur tifo sur LA HAINE les Green s'inscrivent ainsi dans la réflexion de l'artiste René Magritte. Tout le monde connait son tableau avec une pipe. Une pipe est représentée en gros plan de profil avec la légende suivante peinte à même le tableau « ceci n’est pas une pipe »
L'intention la plus évidente de Magritte est de montrer que même peinte de la manière la plus réaliste qui soit, un tableau qui représente une pipe n’est pas une pipe. Elle ne reste qu’une image de pipe qu'on ne peut ni bourrer, ni fumer, comme on le ferait avec une vraie pipe, tout comme le mot "chien" ne mord pas, comme le disait le sémiologue américain William James.
     Ainsi la représentation de l'affiche du film LA HAINE dans le kop sud est juste une représentation mais pas à comprendre comme une réalité.
   On ne fume pas une pipe peinte...Il y a un écart entre les images et les choses, mis en valeur par les mots. C'est donc l'idée qu'on peut se laisser piéger par les images...c'est la trahision des images.
Une image n’est donc jamais l’objet « en soi » mais une représentation sujette à interprétation. Nous avons vu que l'interprétation des Green n'est pas celle du Préfet car leurs référence culturelles ne sont pas identiques. Quand il voit la représentation de l'affiche dans la banderole celui qui a aimé le film pense tout de suite à des souvenirs de scènes du film. Celui pour qui ce film n'évoque rien, il ne voit pas l'affiche du film sur la banderole des ultras. Il voit plutôt une déviance et un mot qui incite à la haine.

banderole_ol_mines

Puisqu'on parle de cinéma, en 2000, lors du traditionnel derby, l’opposition sociale entre les deux rivaux rejaillit sur une banderole lyonnaise : " Les Gones inventaient le cinéma pendant que vos pères crevaient dans la mine" .
Ce type de banderole est donc beaucoup plus choquant car sans détour par l'art,  il exprime clairement haine et mépris en faisant référence à une période pendant laquelle les frères Auguste et Louis Lumière, originaires de la région lyonnaise, furent à l'origine de la création du cinéma et où, dans la région de Saint-Etienne, les conditions de travail difficiles dans les mines occasionnèrent des accidents mortels.